Menu

Brenda Biya : Un appel pour changer les lois sur l'homosexualité au Cameroun

Mercredi 10 Juillet 2024

Brenda Biya : Un appel pour changer les lois sur l'homosexualité au Cameroun
Brenda Biya, fille du président camerounais, continue de faire parler d'elle après son récent "coming-out". Dans une interview accordée au Parisien le 9 juillet 2024, elle exprime son désir que son histoire puisse influencer le changement des lois sur l'homosexualité au Cameroun.

Le geste de Brenda Biya, qui a partagé une photo d'elle embrassant sa compagne sur Instagram le 30 juin dernier, a été un acte délibéré pour envoyer un message fort de soutien à ceux qui souffrent en raison de leur orientation sexuelle. « Il y a plein de gens dans la même situation que moi qui souffrent à cause de ce qu'ils sont », a-t-elle déclaré. « Si je peux leur donner de l'espoir, les aider à se sentir moins seuls, si je peux envoyer de l'amour, j'en suis ravie. »

À 26 ans, Brenda Biya a révélé avoir reçu un mélange de soutien et d'hostilité homophobe suite à son coming-out. Elle a évoqué ses premiers sentiments envers les femmes à l'âge de 16 ans, mais a longtemps lutté pour les accepter en raison des traditions camerounaises et de la pression sociale. « J'étais dans le déni. Je connais les traditions de mon pays et pour moi, c'était inenvisageable », a-t-elle expliqué.

Concernant sa famille, Brenda a souligné qu'elle n'avait jamais abordé ouvertement ce sujet avec eux. Son coming-out sur les réseaux sociaux a d'abord provoqué une réaction en colère de son frère, suivie d'un appel de ses parents qui ont demandé la suppression de la publication. « Mais j'avais déjà sauté le pas », a-t-elle affirmé. Depuis lors, elle décrit un « silence radio » familial.

En réponse à ces événements, un mouvement au Cameroun, "Debout contre la dépénalisation de l'homosexualité dans notre pays" (DDHP), a déposé plainte contre Brenda Biya pour "promotion et incitation à la pratique d'homosexualité". Le président de DDHP, Patrice Christ Guidjol, a souligné que personne n'est au-dessus des lois, faisant écho aux lois strictes du Cameroun qui criminalisent les relations entre personnes de même sexe.

Brenda Biya espère que son histoire contribuera à changer les mentalités et les lois au Cameroun. « Cette loi existait avant que mon père soit au pouvoir. Je la trouve injuste et j'ai l'espoir que mon histoire la fasse changer », a-t-elle conclu, soulignant que les mentalités, en particulier parmi la jeune génération, évoluent progressivement.

En réaction à ces développements, une source gouvernementale à Yaoundé a précisé que cette affaire relève de la vie privée d'une personne majeure résidant à l'étranger et n'engage en rien le Cameroun ni le chef de l'État.

Brenda Biya est la fille du président camerounais et de la première dame Chantal Biya.
Lisez encore

Nouveau commentaire :




AUTRES INFOS

Victoire de Balla Gaye 2 : Le Lion de Guédiawaye se prépare déjà pour son prochain combat

Lutte : Retour sur la chute de Tapha Tine (vidéo)

Balla Gaye II : « Je suis de retour… »

Rencontre avec Reine Bledja : la célibataire exigeante et fantasmes surprenants (vidéo)

La Revue de Presse de Fatou Thiam Ngom du Samedi 20 juillet 2024 (wolof)

Ghana : La Cour Suprême retarde la décision sur la loi anti-LGBT+

Nécrologie : Sidiki Diabaté annonce le décès de son père

Didistone Olomide : « Ceux qui aiment la solitude sont ceux qui ont payé cher la fausse compagnie »

Média : Babacar Ndiaye, animateur à la RTS, porté disparu

Summertour 2024 : Youssou Ndour et son groupe débutent à Mallorca



Flux RSS

Inscription à la newsletter